#MondoblogAbidjan: Apprentissage, rencontre et découverte

lesmiserables.mondoblog.org

lesmiserables.mondoblog.org

Après plus de 10 jours passés sur les côtes de l’océan atlantique à Grand Bassam en côte d’Ivoire, rentré dans ma petite ville universitaire de Yaoundé 2, quelques amis m’interrogent naïvement sur les retombées du séjour. Surement, hantés par l’esprit de béatification des gains matériels, ils s’attendent à une gibecière remplit d’euros et d’articles, mais que non! Je suis rentré avec une valisette bien garnit de fruits récoltés durant l’apprentissage, les rencontres et les découvertes.

Découverte…

Déjà les préparatifs du voyage et le voyage étaient en eux même une découverte. Il m’a semblé que l’administration camerounaise n’est pas totalement pourrie. La Direction nationale des frontières m’a convaincu qu’on peut établir un passeport express sans passer par la corruption. Il y a des raisons d’espérer ! Découverte également de la grande ville de Lagos et de l’aéroport d’Abidjan qui m’a fait comprendre que le Cameroun était l’un des rares pays encore attaché à la ruralité. 50 ans de stabilité (Cameroun) et 3 ans de reconstruction après plus de 15 ans de crise politico militaire (Côte d’Ivoire) ; il n’y a pas match ! Mon pays assis sur ces certitudes de leader naturel de la CEMAC nage dans une bassine, c’est-à-dire tourne autour de ses illusions appelés grandes ambitions.

Découverte, d’une grande famille mondoblogueurs et mondoblogueuses d’une diversité incroyable, jeunes africains, européens, australiens et américains tous sur une même terre, celle de grand Bassam. Du virtuel au réel, la communauté des mondoblogueurs célèbre sa grande messe annuelle. J’ai découvert ces vaillants hommes et femmes qui se cachent derrières les billets, derrière Ateliers des médias de RFI, les Observateurs de France 24 et Reporters sans frontières.

J’ai découvert Abidjan qui vit les pieds dans l’eau, ses populations qui sont malheureusement atteint du syndrome de pauvreté. Cette pauvreté presque « congénitale » à toute l’Afrique, cependant la côte d’ivoire est loin d’être le dernier pays africain, le Cameroun ne pouvant pas dire mieux.

Rencontre …

Si Ziad est resté jusqu’ici ce « mec » caché derrière son casque et son micro au 92130 Issy- les Moulineaux, je l’ai vu, on s’est vu ! Voilà un autre charme de cette expérience de mondoblog Abidjan 2014. Ici chez nous, où la relation reste une ressource non négligeable dans la vie quotidienne, il faut dire que de nombreuses rencontres ont favorisé l’émergence d’un nouveau réseau. Un réseau dont la connexion va des hommes et femmes de l’atelier des médias jusqu’à l’office nationale du tourisme Ivoirien, en passant par le personnel de Reporters sans frontières, France 24, Kremlin Bicêtre et les mondoblogueurs. Que de rencontres, que d’échanges. Un réseau s’est alors vite constitué, je suis maintenant connecté.

Apprentissage…

Les retombée les plus fondamentales ont été l’acquisition d’un nouveau matériau et logiciel intellectuels en termes de bloguing. Peut-être je suis loin des érudits ayant assimilé à une vitesse V l’exposé de Julien Pain sur le traitement des images et vidéo, mais le minimum a été retenu, à savoir une certaine vigilance dans la lecture de ses autres formes d’informations. D’ailleurs des astuces ont été livrées à cet effet afin de détecter les photos et vidéos manipulées.

Que dire du data journalisme comme nouvelles formes du journalisme? Désormais, face au data déluge je peux épargner mes lecteurs d’un trop plein de littérature en leur fournissant des informations sous forme de données, rassemblées et croisées.

Beaucoup de choses également sur la protection du blogueur et  la sécurité numérique.  Le monitoring de Reporters Sans Frontières sur la liberté de l’information et la censure en ligne a été plus qu’édifiant.

Les différents ateliers par petits groupes ont permit aux blogueurs de se doter de nouvelles techniques d’écriture, d’une gestion optimale des temps verbaux ainsi que quelques écueils à éviter. Bloguer c’est incarner, raconter, fournir les couloirs de réflexion dans le respect de la déontologie journalistique.

Alors si vous avez besoin de cette richesse que j’ai ramenée de Grand Bassam, cherchez moi !

 

Aristide MONO

Publié par Aristide MONO

Directeur de publication du journal la voix de la lékié. journaliste-activiste politique et Président de l'association Jeunesse et Citoyenneté Active.

1 commentaire

Salut mon gars j’espère que tu es bien rentré en tout cas ce bon billet est un avant goût!
Comme tu l’as si bien dit on est maintenant connecté.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.